Par Laure Lalouette, Ambassadrice,  Pôle #WCUD Communication

Guadeloupe, Martinique, La Réunion… ça sonne comme une fameuse chanson qui donne envie d’ailleurs. Aujourd’hui, je rencontre (à distance) Stéphanie, Sylvian, Bernard et Ludovic, nos ambassadeurs d’outre-mer. Ils nous parlent de leur engagement et des défis qu’ils rencontrent.

Ce qui leur a donné envie d’agir

WCUD DOM TOM

Sylvian Perrier est Ambassadeur WCUD de la Martinique depuis deux ans et est également cofondateur de l’association SEME « semer pour l’environnement, le mouvement et l’éducation ».

C’est en allant à la conférence mondiale de Let’s do it! World de 2019 que la vie de Sylvian a changé. À cette occasion, il participe à un hackaton sur l’engagement des jeunes : « Je me suis rendu compte qu’on inspire les jeunes en montrant qu’on agit ». Alors diplômé de Commerce International, il remet tout en cause pour dédier sa vie à la cause environnementale.

WCUD DOM TOM

Ludovic Derose a une agence de publicité (mécène du World CleanUp Day depuis 2018). D’abord ambassadeur Océan Indien en 2018 pour le WCUD États-Unis, il devient ambassadeur de La Réunion en 2019 et rejoint le WCUD France cette année.

Même s’il a toujours été écolo, c’est aux côtés du WCUD que Ludovic a souhaité s’engager pour son île. Une journée dans l’année durant laquelle tout autour du monde des milliers de citoyens nettoient la nature ensemble, c’est très fort : « Alon donn la main ensemb » en créole réunionnais, slogan des éditions 2018 et 2019.

WCUD DOM TOM

Bernard Pade dirige une association de gestion agréé. Tombé dans la marmite des éco-randos tout petit, il devient Ambassadeur WCUD de La Réunion en 2020.

 

En 2019, à l’occasion d’une randonnée, Bernard ramasse et trie des déchets. Lorsqu’il se présente avec 11 sacs à la déchetterie, il reçoit une contravention pour « dépôt sauvage de déchets ». C’est cette mésaventure qui le décide à devenir ambassadeur afin d’aider tous ceux qui souhaitent nettoyer l’île et pour que ce qui lui est arrivé « ne se reproduise plus ». Du chemin a été parcouru depuis. En contact avec une centaine d’associations réunionnaises, notamment GRANDDIR ou Project Rescue Ocean avec qui Ludovic et lui travaillent main dans la main, toutes les forces sont mobilisées sur l’île pour faire de l’édition 2021 un succès.

WCUD DOM TOM

Stéphanie Franke, passionnée de photographie et de nature est Ambassadrice WCUD de la Guadeloupe depuis 2019 et coordinatrice de l’association CleanMyIsland (qui rayonne dans tous les DROM). 

Le premier défi d’une île, c’est d’être entourée d’eau qui charrie des déchets en permanence. Alors que beaucoup d’associations œuvrent au nettoyage des déchets des mers, la pollution est une réalité partout. Derrière la nature luxuriante, des tonnes de déchets se cachent dans les ravines et aux bords des routes comme en témoigne ce cliché de Stéphanie.

WCUD DOM TOM

Un dépôt sauvage de déchets – credit photo : Cleanmyisland

#WCUD2021

Il y a quelques jours a été annoncé le confinement aux Antilles : en Guadeloupe, les déplacements à plus de 5km de son domicile sont soumis à attestation, à plus de 1km à la Martinique. Les cleanups prévus à la Désirade et aux Saintes (qui auraient inauguré le WCUD cette année) ont d’ores et déjà été annulés.

Nos ambassadeurs restent mobilisés et redoublent d’ingéniosité. Ils proposeront des alternatives aux citoyens:

  • un autre mode d’action (comme prendre part à un Cyber CleanUp le 18 septembre),
  • nettoyer autour de chez eux, même seuls et de relayer leur action sur les réseaux sociaux,
  • une autre date pour organiser des cleanups d’envergure.

À La Réunion, malgré une limitation de déplacement au-delà de 10km de son domicile, le soutien de la préfecture devrait permettre de maintenir les différents évènements : en effet, le World CleanUp Day sera l’évènement phare de l’ouverture de la semaine européenne du développement durable. Des sportifs de haut niveau parraineront l’évènement, comme la championne mondiale de karaté Lucie Ignace ou Benoit Hoareau, membre cadet de l’équipe de France de judo.

« Nous ne laisserons pas le virus étouffer notre cause ! Pour préserver notre santé, il faut préserver notre planète. »

L’organisation de cleanups dans les îles est parfois balbutiante, mais chaque année grâce à l’engagement de nos ambassadeurs, d’autres associations, des citoyens et des collectivités, de nouveaux acquis permettent de paver le chemin vers des îles propres.

En métropole ou à plusieurs milliers de kilomètres, nos ambassadeurs sont motivés et unis pour la même cause. Stéphanie, Sylvian, Bernard et Ludovic, merci pour ce moment de partage solaire : on vous souhaite bonne continuation et encore bravo pour votre engagement !

 

Dis Stéphanie, c’est quoi ton déchet préféré ?

Ou le moins pire : ce serait ceux que l’on peut remettre dans une filière de recyclage et qui ne finiront pas en enfouissement. Pour moi c’est un drame qu’un déchet ne puisse pas être valorisé.

Sylvian, le déchet que tu détestes ?
Aucune car chaque déchet est une ressource.

Bernard, le déchet le moins facile à ramasser ?

Un réfrigérateur jeté dans une ravine (une rivière qui ne coule que quand il pleut) coincé par la force de l’eau sous un petit pont et impossible à déloger. Il y est encore. Et la multitude de mégots.

Ludovic, tu ne fais jamais ton cleanup sans… le sourire !

 

Comme nos Ambassadeurs des DOM_TOM tu souhaites t’engager pour une planète sans déchet, près de chez toi  ? Organise ton cleanup !