Marie-Pierre Bigot, Rayan Khan et Sébastien Goy bénévoles de l’association World Cleanup Day France (WCD-F) et fondateurs de l’association Citoyennes, citoyens de Paris 14e.

Aujourd’hui, je partage leur histoire, ces héros qui œuvrent au quotidien dans le 14ème arrondissement de Paris.

Je les rejoins sous la bruine, dans la cour de l’Académie du climat (Paris 1e) où se tient le jour même la restitution du World Cleanup Day. 

Comme beaucoup d’histoires, la leur commence par une rencontre fortuite. Marie-Pierre me raconte: « C’était le 4 novembre 2021. Il faisait un froid de canard et j’attendais un ami sur le trottoir. J’ai remarqué un jeune homme qui nettoyait la rue. J’ai pensé que c’était bien, alors je me suis approchée pour le lui dire. Puis je lui ai demandé s’il travaillait pour la Mairie de Paris. Et il m’a dit que non. Il m’a dit qu’il adorait Paris, qu’il adorait la propreté et donc qu’il nettoyait les rues tout seul. Nous sommes allés boire un café et il m’a raconté son histoire. Il m’a dit qu’il souffrait d’un léger handicap et qu’il se sentait parfois seul et qu’il ne savait pas comment s’y prendre pour mobiliser autour de sa cause. J’ai été tellement touchée que je me suis dit que je ferai tout pour rendre visible son action et rassembler plus de personnes autour de lui. J’ai ensuite parlé de lui à l’association Citoyennes, citoyens du 14ème que nous avons créée pendant le confinement pour accompagner et incuber des projets citoyens. Celui de Rayan rentrait sans problème dans ce cadre ».

Depuis ce jour, Rayan et Marie-Pierre se rejoignent tous les samedis entre 11h et 13h, pour nettoyer les rues du 14ème. Ils sont parfois accompagnés par d’autres volontaires, comme Sébastien qui complète le trio que j’interroge aujourd’hui.

mary-pierre et rayan asso world cleanup day 2022
Marie-Pierre et Rayan.

Et puis un jour, Marie-Pierre a décidé d’associer cette démarche au World Cleanup Day.

De sa voix posée, un sourire sage aux lèvres, elle me confie: « Nous avions des questions très concrètes sur la gestion des déchets ramassés. Par exemple que fait-on des mégots que l’on trouve? Nous avions aussi du mal à mobiliser. Donc j’ai souhaité intégrer un réseau pour bénéficier du retour d’expérience de bénévoles engagés pour la même cause. Et puis aussi pour bénéficier de leur énergie, car parfois on peut se sentir découragés. »


Le 17 septembre, Marie-Pierre, Rayan et Sébastien ont organisé leur première participation au World Cleanup Day avec leur association: « Nous avons référencé notre cleanup sur la carte interactive du site internet et nous avons réuni 18 personnes. Nous avons ramassé 7200 mégots », sur les 13 millions estimés collectés pour cette édition 2022.

association cleanup
Lors de l’édition 2022 du World Cleanup Day, 25% des cleanups ont été organisés par une association.

Sébastien s’est beaucoup investi dans ce projet notamment pour tisser des liens avec la mairie: « L’objectif n’est pas de se substituer à la mairie mais de co-construire quelque chose avec elle. Aujourd’hui, nous faisons des comptes rendus de nos observations à l’adjointe en charge de la transition écologique dans le 14ème, Sinda Matmati.

Par exemple, nous avons identifié des spots de mégots que sont les pieds des arbres, les  abris-bus et les bouches de métros et devant les cafés et les banques. Pour le moment, la mairie nous met des cendriers de poche à disposition que nous distribuons comme outil de sensibilisation. » À ce sujet, Rayan rappelle qu’ils ont ramassé 400 mégots au pied d’un seul arbre le samedi précédent et Marie-Pierre ajoute: « Pour aller plus loin dans la sensibilisation, nous pourrions créer avec la mairie des affiches pour les arbres avec un message comme celui-ci : « Je suis vivant, mes racines ne sont pas un cendrier ».

Une idée d’action et une collaboration avec la mairie inspirantes pour tous les bénévoles du World Cleanup Day.

Alors que la pluie s’intensifie un peu, il est temps de nous séparer. Nous savons que c’est son amour de Paris qui a poussé Rayan à se mettre en action, il partage maintenant ce qu’il en retire : « Je suis heureux » me dit-il.

Voici une jolie façon de clôturer cette histoire.